Maison du Peuple

Histoire d’une aventure humaine

Coopérative La Fraternelle
La Maison du Peuple

Issue d’un cercle ouvrier, créé à Saint-Claude à la fin des années 1870 puis transformé en coopérative d’alimentation en 1881, La Fraternelle se distingue radicalement des autres coopératives par ses statuts de 1899, en grande partie dus au socialiste Henri Ponard.

Ceux-ci prévoient que les bénéfices seront intégralement reversés à une caisse sociale permettant la mise en place de services de prévoyance, de secours, de retraite et d’entraide avec les autres coopératives. « L’Ecole de Saint-Claude », qui s’affirme alors, s’oppose en cela à « l’Ecole de Nîmes », prévoyant la répartition des bénéfices entre les sociétaires.

C’est toute une philosophie, une culture sociale, politique et syndicale qui se met en place. Et quoi de mieux que de réunir les différentes activités sous un même toit ?

Lire la suite…

> fermer

théâtre


Danse ∼ Wasla (solo), ce qui relie


06/04

Jeudi 6 avril 2017 à 20h30 au théâtre de la MdP // Tarifs : plein 10 € / adhérent 8 € / demandeur d’emploi, étudiant, moins de 18 ans 5 €
Infos & résa. au 03 84 45 42 26 / pré-vente à la Boutique de La frat’

Wasla (solo), Ce qui relie…
Héla Fattoumi / Éric Lamoureux
durée 35 minutes – extrait vidéo

Viadanse CCN de Bourgogne Franche-Comté à Belfort
Chorégraphie  Héla Fattoumi & Eric Lamoureux
Interprétation Héla Fattoumi
Musique Christophe Séchet
Création lumières Xavier Lazarini
Costume Sandrine Pelletier

La danse surgit des traces mémoires de l’origine tunisienne de Héla Fattoumi…

Le solo de Héla Fattoumi est extrait de la pièce Wasla, Ce qui relie, une pièce chorégraphique pour huit danseurs, commande de la 8e Biennale de danse de Lyon en 1998. Pour créer son solo la danseuse/chorégraphe s’est mise à l’écoute de ses origines tunisiennes. Invitée à Tunis pour répéter cette pièce, elle a choisi, au cœur de la médina, une salle au sol en bois, aux murs bleus et blancs dans laquelle se trouvait une alcôve. Cette alcôve, aujourd’hui restituée sur scène, fait figure d’écrin. Du creux incurvé qui accueille le dos de l’interprète, émerge toute une syntaxe du lové, qui enveloppe et découvre un corps chrysalide. Un état de grâce, doucement porté par une mélodie traditionnelle de Hamza El Din, qui suspend le temps dans le plus délicat des tremblements.

MANTA, film-rencontre au café de la MdP
Un film chorégraphique par Valérie Urréa
durée 28 minutes + rencontre-débat avec Héla Fattoumi

MANTA est une pièce chorégraphique éminemment politique. 
Penser un film qui serait l’adaptation de cette œuvre pour l’image, procède de la même démarche.
Héla Fattoumi, par son histoire et son statut de chorégraphe, a eu le courage de s’attaquer à ce « symbole ». Accompagnée d’Eric Lamoureux, cette femme engagée et artiste militante réussit pleinement à faire entendre sa pensée en revêtant, simplement, l’habit nommé. Elle affronte la matière tissu qui l’entrave, fouille ce corps quasi disparu et l’interroge jusqu’à nous dévoiler ce que serait cet(te) individu(e). La danse anime et donne à voir une part de cette obscurité.
Parcours d’une vie émouvante et effrayante à la fois. Héla le danse. Un point c’est tout. C’est fort. Dérangeant. Presque un acte blasphématoire. Une démarche insolente qui inscrit l’œuvre dans la revendication historique des performances de résistances, uniques et totalement libres.

Production Cie Fattoumi-Lamoureux, Biennale de Danse de Lyon, Théâtre de la Ville (Paris). Avec le soutien du Théâtre du Muselet / Scène Nationale de Châlons-en-Champagne, AFAA.
Viadanse – Centre chorégraphique national de Bourgogne-Franche-Comté à Belfort est subventionné par le Ministère de la Culture et de la Communication – DRAC Bourgogne Franche-Comté, le Conseil Régional de Bourgogne Franche-Comté, le Conseil départemental du Territoire de Belfort, la Ville de Belfort, le Pays de Montbéliard Agglomération et l’Institut français.