Maison du Peuple

Histoire d’une aventure humaine

Coopérative La Fraternelle
La Maison du Peuple

Issue d’un cercle ouvrier, créé à Saint-Claude à la fin des années 1870 puis transformé en coopérative d’alimentation en 1881, La Fraternelle se distingue radicalement des autres coopératives par ses statuts de 1899, en grande partie dus au socialiste Henri Ponard.

Ceux-ci prévoient que les bénéfices seront intégralement reversés à une caisse sociale permettant la mise en place de services de prévoyance, de secours, de retraite et d’entraide avec les autres coopératives. « L’Ecole de Saint-Claude », qui s’affirme alors, s’oppose en cela à « l’Ecole de Nîmes », prévoyant la répartition des bénéfices entre les sociétaires.

C’est toute une philosophie, une culture sociale, politique et syndicale qui se met en place. Et quoi de mieux que de réunir les différentes activités sous un même toit ?

Lire la suite…

> fermer

saison 2016/2017


Asylon Terra & Parquet


17/06

Concert Fra’café – Samedi 17 juin 2017 à 21h au café de la MdP  (infos & billetterie au 03 84 45 42 26)

ASYLON TERRA [+]

Pierre LORDET / compo, clarinette basse, effets
Anne QUILLIER / Rhodes & moog
Lucas HERCBERG / basse électrique
Clément BACK / batterie

Pierre Lordet a eu envie dans ce projet d’explorer de nouvelles possibilités pour ses clarinettes. L’éléctricité lui permet de composer une musique plus rugueuse, avec un son plus dense et de sortir des esthétiques habituelles associées à cet instrument : le jazz, le classique et les musiques du monde sont ici immergés dans un univers pop rock allant de la confession chuchotée au hurlement distordu. Avec trois musiciens issus respectivement du jazz moderne, du rock progressif et de la musique de transe l’objectif ultime est de vivre une réelle expérience avec le public, intense et sincère.

PARQUET [+]

Julien DESPREZ & Guillaume MAGNE / guitares
Jean-François RIFFAUD / basse
Clément EDOUARD / claviers & électronique
Seb BRUN / batterie

Le répertoire de Parquet est issu de la musique de transe alliant la culture des clubs berlinois à l’univers des jeux vidéos addictifs des années 80/90. Une relecture de la musique électronique par cinq musiciens venant de la scène noise et expérimentale sur le principe du DJ set où tout n’est que morphing et transformations lentes contrebalançant avec des points de tensions et de rupture radicaux dont le seul but est la danse.

Avec le soutien de l’Onda.

Tarifs : plein 10 € / adhérent 8 € / demandeur d’emploi, bénéficiaire du rsa, étudiant, moins de 18 ans 5 €