Maison du Peuple

Histoire d’une aventure humaine

Coopérative La Fraternelle
La Maison du Peuple

Issue d’un cercle ouvrier, créé à Saint-Claude à la fin des années 1870 puis transformé en coopérative d’alimentation en 1881, La Fraternelle se distingue radicalement des autres coopératives par ses statuts de 1899, en grande partie dus au socialiste Henri Ponard.

Ceux-ci prévoient que les bénéfices seront intégralement reversés à une caisse sociale permettant la mise en place de services de prévoyance, de secours, de retraite et d’entraide avec les autres coopératives. « L’Ecole de Saint-Claude », qui s’affirme alors, s’oppose en cela à « l’Ecole de Nîmes », prévoyant la répartition des bénéfices entre les sociétaires.

C’est toute une philosophie, une culture sociale, politique et syndicale qui se met en place. Et quoi de mieux que de réunir les différentes activités sous un même toit ?

Lire la suite…

> fermer

musiques / d'jazz au bistro


Saint Sadrill Live Band ∼ sortie de résidence


29/09

Vendredi 29 septembre 2017 à 21h au café de la MdP // entrée libre
> Sortie de résidence musique (en résidence à La frat’ du 25 au 29 septembre avec le soutien de la Drac Bourgogne-Franche-Comté et du CNV)

SAINT SADRILL LIVE BAND (pop) [+]

Antoine Mermet / chant
Melissa Acchiardi / vibraphone, percussions, choeurs
Lionel Aubernon / batterie, choeurs
Lucas Hercberg / basse, choeurs
Anne Quillier / claviers, choeurs
Vincent Redoux / guitare, choeurs

Saint Sadrill est le nom qu’Antoine Mermet s’invente en 2010 pour concevoir, en solo, une pop qui habite à l’intersection du beau et du bizarre. Les mélodies sont chantées en anglais, portées par des environnements électroniques qui ne choisissent pas entre froideur et chaleur mais s’interdisent la tiédeur. L’instrument est le home studio, habité de quelques synthétiseurs, de saxophones, et surtout d’une voix. Une sorte d’orchestre supersonique, modulable à l’infini ; on y croise des chorales, des ensembles d’ondes carrées, des boîtes à rythme qui craquent…
La voix de Saint Sadrill trouble par un va-et-vient constant entre masculin et féminin. Elle semble autant provenir de la rigueur classique que de l’énergie électrique. Les histoires qu’elle raconte sont pleines d’images fortes mais se gardent de trop en dire, la musique des mots est ici plus importante que la précision du discours. La richesse mélodique et harmonique est toujours présente : les morceaux, qui se suffiraient dans une formule piano/voix, sont habillés de minutie et de trouvailles sonore. Ils sont constitués d’un matériau de base assez fort pour pouvoir être réadaptés ou orchestrés de la formation intimiste au grand ensemble de concert.