Promo !

Gens des forges 09

Pierre Gaucher

Autre

20 exemplaires, 2006, BFK Rives naturel 250g

Dimensions

50*65

Procédé d'impression

Rouille

150,00

2 en stock

disponible au prêt EMPRUNTER

Abonnez-vous et changez d’œuvre tous les mois En savoir plus sur l'artothèque

Description

Les gens ds forges, portfolio réalisé en résidence à La Fraternelle en 2006. Les photos sérigraphiées sur les tôles pour permettre l’empreinte de la rouille ont été prises dans trois lieux: l’atelier d’Albert Paley aux USA, les Forges de Syam à Champagnole et mon atelier à Strasbourg.
La rouille est le résultat de la lente combustion, humide et froide, de l’acier. Les papiers rouillés sont des papiers préalablement mouillés mis au contact d’une plaque d’acier et qui s’imprègnent petit à petit de la rouille produite. Pour que vive par la rouille ce que la rouille menace.Les papiers rouillés sont le résultat d’une technique que j’ai inventé. Il s’agit de faire une impression de rouille directement à partir d’une tôle en contact avec une feuille de
papier mouillé. Il n’y a donc pas d’encre, c’est la tôle qui fournit le pigment naturel.
L’image apparaît en protégeant certaines parties de la tôle. Je peux utiliser de la cire, des papiers découpés, travailler directement la tôle à la meuleuse ou encore utiliser la sérigraphie.

La photo de départ a été prise aux Forges de Syam. Elle représente un ouvrier près des bacs d’acide qui décape les barres à la sortie du laminoir.
Les Forges de Syam était un laminoir qui fonctionnait encore comme au 19ème siècle.
Elles ont dû fermer récemment pour raisons environnementales.
Il m’a paru intéressant de montrer avec la rouille, matière qui symbolise le temps qui passe, une activité qui était en voie de disparition.

Cette photo est sérigraphiée avec une encre noire sur une tôle : (Le travail étant terminé, cette matrice est maintenant oxydée : les parties non protégées par l’encre apparaisse en rouille. Mais pour que le processus marche, la tôle doit être blanche.) Une fois l’encre sèche, on pose une feuille de papier mouillé contre la tôle. Après un certain temps d’exposition, on retire la feuille et on en remet une autre. On répète l’opération tant qu’on veut et que l’image obtenue est intéressante.

Le processus reste soumis au caprice du hasard ( mais ne nomme-t-on pas hasard ce que nous ne maîtrisons tout simplement pas ?) et donne lieu à d’étonnantes variations

Informations complémentaires

Autre

20 exemplaires, 2006, BFK Rives naturel 250g

Dimensions

50*65

Procédé d'impression

Rouille