IVRAIES 》ciné-rencontre

en présence de la réalisatrice, de la chorégraphe et des agriculteurs

JEUDI 16 février à 20h

Événement ciné

en présence de la réalisatrice Diane Sorin, de la chorégraphe/performeuse Céline Larrère
et des agriculteurs du projet « Grains »

IVRAIES est une série de films courts, constituée de sept portraits-rencontres d’une quinzaine de minutes chacun. Ces films sont réalisés dans le sillage de GRAINS, projet de création chorégraphique initié en 2020-21 par Céline Larrère, ayant pour vocation d’établir des relations entre des pratiques agricoles et des pratiques chorégraphiques. GRAINS donne lieu à une série de performances dansées in situ chez des agriculteurs. Chacun des films du projet IVRAIES propose de révéler les écologies du sensible à l’oeuvre dans ces rencontres incongrues et intimistes entre les personnes, les paysages, les pratiques, les usages et les imaginaires.

www.dianesorin.com
IVRAIES est une coproduction : Morula / Le Dancing, CDCN de Dijon / Ateliers Bermuda / Le Colombier des Arts, Plainoiseau dans le cadre de son partenariat avec la MSA.
Réalisée avec le soutien de l’ONDA dans le cadre du dispositif Écran Vivant, de la DRAC Bourgogne Franche-Comté, de la région Bourgogne Franche-Comté et du département du Jura.
Partenaires : Le Colombier des Arts, Plainoiseau / Théâtre de Morteau / La fraternelle, Saint-Claude / Théâtre du Marché aux Grains et Festival Kuckuck, Bouxwiller.
  • jeu. 16 Fév. - 20h00
    "IVRAIES" ciné-rencontre
  • ven. 17 Fév. - 20h30
    "TERRIENS" pièce chorégraphique

au cinéma de la MdP

Tout public

TARIF UNIQUE 6€

TERRIENS

pièce chorégraphique hors sol de la compagnie Morula à découvrir le vendredi 17 février à 20h30 au théâtre de la Maison du Peuple

TERRIENS a germé d’une série de rencontres incongrues entre des agriculteurs et une chorégraphe. Ils et elles ne se doutaient pas qu’ils auraient tant de délicatesses sensibles en partage : la taille fine du Savagnin, les trucs en plume des Gauloises blanches, le jarret charolais, le rythme de semis des petits pois, les coupés et dégagés de faucille… A priori éloignés, leurs domaines d’action et de compétence ouvrent des horizons communs : dans la danse comme dans l’agriculture, il s’agit d’être en relation avec le vivant, c’est-à-dire avec une multitude d’entités qui peuplent le monde avec nous. Beaucoup d’autres terriens l’ont déjà noté avant nous : nous ne sommes pas seuls. Ces terriens-là sont souples dans leurs bottes, d’authentiques experts de la sensation. Constamment attentifs à la variabilité du vivant, ils cultivent tout autant qu’ils improvisent leurs manières d’être vivants. Ce spectacle est le fruit encore vert de leur mise en partage du sensible.