La Dernière Nuit

concert Jazz-récit

JEUDI 12 Mars à 20h

Musique / Théâtre

Avec le soutien de l’ONDA

Création inspirée de l’histoire de Sophie et Hans Scholl.

Bruno ANGELINI / piano
Daniel ERDMANN / saxophone
Olivia KRYGER / jeu
Françoise SLIWKA / voix off, mise en scène

Création musicale et narrative pour évoquer l’urgence du combat, l’élan, la résistance de la jeunesse et son espoir constant en l’humanité.

Sophie et son frère, Hans Scholl, ont une vingtaine d’années, ils sont étudiants à l’université de Munich, début 1940. Ils appartiennent à un groupe de résistance, La Rose Blanche, qu’ils fondent avec quatre étudiants et un professeur de philosophie.
Sophie et Hans sont arrêtés en février 1943 pour avoir écrit des tracts hostiles au régime nazi, les avoir distribués dans la cour intérieure de l’université et diffusés dans un certain nombre de villes allemandes.
Refusant de renier leurs convictions profondes et de dénoncer les autres résistants de leur mouvement, ils sont jugés dans un procès expéditif et condamnés à mort pour haute trahison, le 22 février 1943.

Daniel Erdmann et Bruno Angelini ont écrit une partition qui crée un univers propice à des improvisations musicales inspirées par l’histoire de Sophie et Hans Scholl. Ils se sont appuyés sur un texte original dont ils ont passé commande à Alban Lefranc, écrivain français résidant à Berlin.
Ce dernier a imaginé un monologue décrivant les pensées, les rêves, les engagements, les craintes et les espoirs de Sophie Scholl durant sa toute dernière nuit.
La Dernière Nuit témoigne du courage, de la résistance, de la force de vie et d’un espoir constant en l’humanité. Le destin de Sophie et Hans Scholl, leur amour de la vie, joyeux et grave, la puissance de leur résistance entrent violemment en résonance avec notre période contemporaine, alors que les nationalismes remontent à la surface un peu partout en Europe et dans le monde.

www.openways-productions.fr/index.php/angelini_dernierenuit/

Production : Compagnie Solange avec le soutien de la DRAC Ile de France, la SPEDIDAM et l’ADAMI.
  • jeu. 12 Mar. - 20h00

au théâtre de la MdP
tout public dès 13 ans
durée 1h15
entrée 10/8/5€
pré-vente conseillée

Presse

Daniel Erdmann (sax tenor), Bruno Angelini (piano), Olivia Kryger (récitante d’un texte écrit par Alban Lefranc), le 6 septembre 2018, Institut Goethe (Paris). A l’institut Goethe, le souvenir de Sophie Scholl, figure lumineuse de la résistance allemande à Hitler, fut ravivé par deux grands musiciens, Daniel Erdmann et Bruno Angelini.
On ne connaît pas assez en France l’action héroïque de Sophie Scholl et de son frère Hans, ces étudiants allemands qui osèrent en 1943 se lever contre le régime nazi. Le 18 février 1943, ultime action d’éclat, ils distribuent des tracts contre Hitler dans l’université. Le concierge les voit et les dénonce car « les Allemands ne sont pas un peuple de saboteurs ». A partir de là, leur destin est scellé.
Le spectacle est une rêverie poétique sur la dernière nuit de Sophie Scholl en prison, la veille de son exécution. Alban Lefranc en est l’auteur. C’est un texte réussi car il évite tout pathos et fait sentir les deux sources dans lesquelles Sophie Scholl a puisé son courage inébranlable : la foi en Dieu (elle était protestante) et la foi en la poésie.
Lors de la dernière action menée par Hans et Sophie Scholl, une phrase revient comme un leitmotiv : « Nous sommes pleins du matin, nous sommes portés par lui car Dieu n’a pas voulu que le matin soit sans amour ».

Jazz Magazine, 18 septembre 2018