Récital Jean-Paul Guy

classique

DIM. 12 Décembre à 16h

Musique

Récital Jean-Paul Guy

Jean-Paul Guy piano

Beethoven 32 variations en ut mineur WoO80.  1806
Autour d’un thème original, cette œuvre, brève, contemporaine de la célèbre sonate ‘‘Appassionata’’, exprime toute la palette sonore de Beethoven avec ses surprises dans la brusquerie comme dans la douceur.

Schubert. Wanderer fantaisie D 760 ,op 15.  1822
Seul chef-d’œuvre axé sur la virtuosité, dont les difficultés dépassaient ses capacités de pianiste, selon son propre aveu. Trois mouvements développés autour du thème de son lied ‘‘Der Wanderer’’ – le voyageur – qui apparaît, bouleversant, sous forme de cinq variations, à la fin du premier.

Moussorgski. Tableaux d’une exposition 1874
Le compositeur déambule au milieu des tableaux, dessins, maquettes de son ami Hartmann récemment décédé. La description des tableaux, aux noms très figuratifs, alterne avec des ‘‘promenades’’ qui illustrent les déplacements et les rêveries du compositeur entre les œuvres. La version orchestrale de Maurice Ravel a popularisé cette partition, dont la version originale est des plus passionnantes.

  • dim. 12 Déc. - 16h00

au café de la MdP

entrée 10/8/5 €
pré-vente conseillée

Né à Lons-le-Saunier, il débute le piano avec Lily Kergomard, pianiste d’origine autrichienne et sœur de Paul Émile Victor. Malgré son désir de vivre une vie de musicien, il fait ses études de médecine à Paris, continuant à travailler son piano sur un clavier muet de quelques octaves.
Installé en 1970 à Saint-Claude, d’abord généraliste puis néphrologue, il suit l’enseignement de Rose Aye Lejour, ancienne répétitrice de Marguerite Long, retirée dans le Grandvaux, qui le prépare au concours Clara Haskil en 1973.
En 1978, tournée avec la violoniste Mireille Cardoze, et premier concert avec l’orchestre de chambre de Lyon animé par Milan Bauer. La critique salue ses dons, révélés dans le 20ème concerto de Mozart, et ce sera le début d’une collaboration de vingt ans, avec les solistes de l’orchestre de Lyon.
Il se perfectionne ensuite auprès de Valeri Samoliotov, de l’institut Gnessin de Moscou puis de la pianiste pédagogue Arielle Perrin, elle-même dans la filiation de Rose Lejour. Il obtient en 1996 le premier prix du 3ème CEM, Concours Européen pour les Mélomanes, sous la présidence de la pianiste Marie-Josèphe Jude, qui donne avec lui et l’orchestre national de chambre de Toulouse, en 1999, les double concertos de Bach et Mozart.
Il a joué jusqu’à présent une quinzaine de concertos dans trente concerts, plus de cent récitals. Son répertoire marque une prédilection pour les grands classiques ; Bach dont les variations de Goldberg, Mozart, Beethoven, Schubert, Schumann, auxquels il a ajouté Brahms, Rachmaninov et Moussorgski.