Les Petites Fugues

lecture-rencontre avec Claudine Galea

JEUDI 19 Novembre à 18h30

Animation café

Festival littéraire itinérant organisé par l’Agence Livre & Lecture Bourgogne-Franche-Comté du 16 au 28 novembre 2020, en partenariat avec la Librairie Zadig.

L’Agence Livre & Lecture Bourgogne-Franche-Comté, soutenue par l’État/DRAC de Bourgogne-Franche-Comté et la Région Bourgogne-Franche-Comté, est le lieu ressource où se tient, entre l’État, la Région et les professionnels du livre et de la lecture, la concertation nécessaire à l’ajustement des politiques publiques du livre et de la lecture sur le territoire, et à leur mise en œuvre.

Claudine Galea

Claudine Galea a grandi à Marseille et vit aujourd’hui à Paris. Elle écrit pour les adultes et la jeunesse des romans, du théâtre, des albums et des fictions radiophoniques, et est autrice associée au Théâtre National de Strasbourg (direction Stanislas Nordey). Elle publie régulièrement en revues (Remue.net, Frictions) et a par ailleurs longtemps été journaliste au quotidien La Marseillaise. Au Rouergue, elle a publié notamment Rouge métro (2007) et Le corps plein d’un rêve (2011).
Le théâtre de Claudine Galea est publié aux éditions espaces 34. Lauréate du Grand Prix de littérature dramatique jeunesse en 2019 pour Noircisse et du Grand Prix de littérature dramatique en 2011 pour Au Bord, elle a également reçu le Prix radio SACD pour l’ensemble de son travail radiophonique.

www.lespetitesfugues.fr/auteurs/claudine-galea

 

  • dim. 15 Nov. - 18h30

au café de la MdP
tout public à partir de 16 ans
entrée libre

Dernière publication
Fake

Éditions espaces 34, 2019

Deux jeunes filles, encore au lycée, sont les « meilleures amies ». L’une ne pense qu’aux garçons, l’autre non. La première tombe amoureuse d’un musicien anglais avec lequel elle communique sur les réseaux sociaux, la seconde la conseille. Elles se parlent, elles soliloquent, elles rêvent, elles se piègent dans leurs propres sentiments, leurs aspirations, leurs propres troubles. L’amour se nourrit de déclarations. Le désir, le manque, l’attente sont exaltés par les mots. Et les réseaux sociaux les véhiculent si facilement, si rapidement. La tentation est grande de jouer avec, de se laisser aller à la manipulation.
Mais n’est-ce pas un piège terrible que l’on fabrique à soi-même ?