La troupe de théâtre

un peu en sommeil mais ne demande qu'à se réveiller !

C’est en novembre 1989 que la troupe de théâtre de La fraternelle voit le jour.

Le départ de cette aventure, c’est un petit groupe de « copains » dont la plupart ont déjà une pratique théâtrale. La Maison du peuple, avec son théâtre et son café, offre un lieu idéal pour travailler.
Après D’Jazz au Bistro et l’imprimerie, « Le café de La frat’ » (le tout premier nom du groupe) vient donc s’ajouter aux diverses activités déjà proposées par l’association. Alors que la tendance est de dire que « rien n’est fait dans le domaine culturel au pied du Mont Bayard ! », cette nouvelle section souhaite faire du théâtre mais aussi recevoir des compagnies régionales.
Pour assurer sa direction et sa mise en scène, elle va chercher Agnès Rousseau (metteuse en scène du « banc d’âne » de Septmoncel), qui à partir de ce jour deviendra la metteuse en scène attitrée de la troupe.
En avril 90, les 3 coups résonnent, la troupe joue « sa première » au théâtre de la Maison du Peuple une pièce intitulée Outrages aux bonnes mœurs, invite dans la saison le Théâtre Group’de Lons (Patrice Jouffroy et Jean-Louis Cordier), la troupe des Vilains de Lajoux et un spectacle québécois de Théâtre en Vie (festival de théâtre organisé par la ligue 39).

Au cours des années, amateurs de théâtre, comédiens et techniciens viennent étoffer ce petit groupe en s’investissant dans différents projets et la « section théâtre de La fraternelle », avec sa trentaine de bénévoles, gère alors entièrement l’organisation des spectacles créés et diffusés, ainsi que les ateliers de formation.

Depuis 30 ans, elle poursuit une démarche d’Education populaire autour du Théâtre sous toutes ses formes, de l’art dramatique au théâtre d’objets, de la marionnette aux arts du cirque, du théâtre musical à la danse, de la lecture au conte, du théâtre de rue à l’improvisation …

La pratique amateur est importante, de nombreuses pièces sont montées, jouées à Saint-Claude et dans les environs (parfois hors région), on se souvient du Chasseur français de Boris Vian, Boulevard du Mélodrame de Pineiro, Les Cancans de Goldoni, L’Assemblée des femmes d’après Aristophane, Le dindon de Feydeau, Les brumes de Manchester de Dard, Un Air de famille de Bacri et Jaoui, Zone libre de Grumberg, André le Magnique, Disputes (collages de textes), Faut pas payer de Fo, Ribes en vrac d’après Ribes, et Le Libertin de Schmitt … et des hommes et des femmes de tout âge qui ont fait l’expérience de l’aventure théâtrale, de l’apprentissage du jeu d’acteur à la fabrication des décors et costumes, au montage technique … certains jeunes gens ont même choisi d’en faire leur métier!

La troupe de La fraternelle a également travaillé avec des compagnies professionnelles, pour apprendre en créant des formes théâtrales originales : des cabarets, des interventions dans le bâtiment, des lectures, avec Daniel Gros (La migration des cigognes), Les Chercheurs d’Air (Les visites Insolites), Claudie Lapperrière (Sérénades), Christophe Chatelain et Sylvie Faivre (Ni blanc, ni jaune), Christian Pageault (L’oeil du nombril), Christian Duchange et Bernard Daisey (Éclats de presse), Mohamed Guellati (Voyage immobile), Selin Kaytmaz (Tripo’t chaises) Julien Desrolles (Rushes de femmes), Julia Rousseau et David Jauzion (Autour du monstrueux, Silence, on tourne) David Jauzion ( Lisez ceci est mon corps, Performance, Au-delà le monde)…

Les pièces :
2015-2018 / Abilifaie Leponaix de Jean-Christophe Dollé
Mise en scène / Agnès Rousseau
Avec Viviane Caron, Pascal Geneste, Angeline Muller, Benoît Noël
Musique / Raphaël Berrrez, Francis Robert
Création lumières / Hassan El Khoudri
Décors / Franck Henriot
Technique / Patrick Montmorency

2011 / Du vent dans les branches de Sassafras de René de Obaldia
Mise en scène / Agnès Rousseau
Comédiens / Laurent Camus, Viviane Caron, Laurent Favre, Lilian Favre, Denis Larrue, Angeline Muller, Anissa Sebahi, Claire Tesmoingt